Catégories Nos lecteurs vous écrivent

Un déclencheur dans ma sexualité de femme et de couple


Le désir

Ma première expérience en club libertin – un déclencheur dans ma sexualité de femme et de couple

(Un texte offert par Marie, une lectrice de Gentle)

Mariée depuis 15 ans, avec 3 enfants, rien ne me destinait à passer la porte d’un club libertin.Notre couple émoussé par une vie très (trop) remplie était tombée dans une sexualité assez routinière et mon éducation judéo-chrétienne n’était pas un atout d’émancipation et de développement sexuel.

Pour tenter d’égayer notre vie sexuelle, mon mari, Eric nous lisait de temps à autres des textes érotiques, pimentant nos relations et notre imagination… en particulier, le thème du libertinage l’excitait ; nos étreintes devenaient alors bien plus torrides ; nous nous imaginions dans d’autres univers, faisant possiblement l’amour à côté d’un ou de plusieurs autres couples – serions-nous capables ? Passerions nous la porte d’un tel club ? … au fond de moi, cela restait plus de l’ordre du fantasme et je ne me sentais pas prête à passer le cap, contrairement à Eric.

Puis, un jour, j’entrepris la lecture du récit d’un couple ayant franchi le cap et étant entré au Mask, club réservé aux couples sur Paris ; leur récit m’étonnait à plusieurs égards : le caractère naturel de leur histoire, la sensualité du lieu, le fait qu’il prenait plaisir, que c’était beau, qu’il n’y avait rien d’illicite… A la lecture de ce beau récit, j’étais toute émoustillée. Nue sous nos draps de satin, à côté de mon mari, je sentais mes lèvres humides et gonflées, ma respiration devenait de plus en plus heurtée… Alors même que j’avançais dans la lecture à haute voix de ce doux texte. Les mains coquines de mon mari, couplées à la lecture de texte érotique, m’amenèrent vers une jouissance torride… Je venais d’avoir le déclic, même si je n’osais me l’avouer…

Je demandais à Eric : « tu serais prêt à venir dans ce club » ; il me répondit « oh oui, cela me plairait… mais toi ? » ; « je crois que oui, j’ai envie… donne-moi quelques jours »

Les jours suivants, nous avons regardé différents sites qui convergeaient tous vers les mêmes informations : la beauté, la classe et la sensualité du Mask Paris d’une part et d’autre part, la nécessité de bien définir entre nous les limites à ne pas dépasser. Tantôt excitée, tantôt rattrapée par le poids de l’éducation, j’alternais… mais me disais qu’en définissant bien les limites et en s’accordant à ne pas les dépasser, ce serait dommage de ne pas tenter cette expérience. Les limites que je souhaitais poser et avec lesquelles nous avons tout de suite été alignés :

  • Lorsque l’un n’est pas à l’aise ou pas d’accord, il le dit et on s’arrête.
  • Nous étions prêts à faire l’amour dans le club, à être à côté d’autres couples… et éventuellement à avoir des effleurements limités avec d’autres couples – mais pas plus !!!

Je testais Eric pour bien le préparer : « Que se passerait-il si tu voyais une fille superbe, à côté, nue… serais tu capable de résister ? … » – je compris vite de ses réponses, qu’en fait, c’était plus une prise de tête de mon côté qu’autre chose.
De nos discussions, je compris aussi un point important… Il ne s’agissait surtout pas pour moi de faire plaisir à mon mari… Mais aussi et surtout que je mis mon plaisir au centre.
Nous étions prêts à passer à l’acte !!!

Vint alors le temps de la logistique : choisir la date (contrainte par les enfants…), choisir les vêtements…
Je voulais montrer mon allant et mon envie ; aussi, je repérais une date, trois semaines après notre lecture torride, qui semblait propice à cette première expérience. D’un côté, l’idée n’était pas de franchir le pas sur un coup de tête dans la soirée… De l’autre, l’idée n’était pas de repousser de X mois cette première expérience… qui aurait été alors émoussée. Profitant de son anniversaire à proximité, je pris l’organisation à mon compte et ai géré l’effet de surprise.

Côté vêtement, je réalisais que c’était plus simple pour l’homme – je lui préparais une belle chemise blanche et un pantalon noir – tenu simple, mais efficace. Côté sous-vêtement, je me disais qu’un boxer serait plus sympathique qu’un caleçon…

Rejoignez-nous en exclusivité !
Des gens ouverts et sympas proches de chez vous, du contenu de qualité…Gentle c’est tout ça et plus encore.

Pour moi, je mis à profit l’occasion pour m’acheter une robe fleurie, dos nu, sans manche et avec une belle ouverture entre les seins ; d’habitude, mes tenues étaient beaucoup moins osées (c’est le moins que l’on puisse dire…) – mais, pour une sortie en club, je me disais que c’était l’opportunité de me lâcher et mon mari avait si souvent l’habitude de me dire que je ne m’étais pas assez en avant mon corps et ma féminité… Qu’il appréciait pourtant tant. (cette expérience en club m’a d’ailleurs depuis bien rendue service ).
Je complétais aussi ma tenue avec des chaussures à haut talon, très sexy… Et côté lingerie, je savais que j’avais un beau panel de choix possibles ; je souhaitais mettre un ensemble string et soutien-gorge rouge, particulièrement attirant…
Me voilà parée en termes de logistique… Je n’avais plus qu’à gérer la surprise en réservant la soirée pour un diner imaginaire.

Vint alors le soir très attendu. J’étais très excitée par l’idée de la surprise… Sachant même que la semaine passée, mon mari m’avait encore évoqué dans nos ébats des récits de ce type. Je savais que la surprise plairait.
Je prétextais vouloir diner dans un restaurant du côté de Montmartre en couple, en indiquant que l’on prendrait le deuxième service de ce restaurant et en prenant un bon apéritif pour nous sustenter ensemble à la maison (je me doutais que l’on se rassasierait autrement ).
La surprise marchait magnifiquement – vers 22h30,  une voiture avec chauffeur nous attendait en bas. Mon mari était particulièrement content de nous voir habillés de la sorte pour l’occasion – se doutait-il de quelque chose ? il me prétendra que non…
La voiture nous déposa au pied de la Bourse, à deux pas du club du Mask. La surprise était parfaite… Lorsqu’il comprit, nous étions tous les deux excités… Mais l’inquiétude nous rattrapa alors.

L’un comme l’autre, fébriles, nous nous approchions d’une grande porte noire… où il fallait sonner. Le doigt tremblant, on y va… la porte s’ouvre ; un homme masqué, très classe, nous accueille, selon un processus bien huilé. Il nous demande nos noms, il comprend que c’est la première fois… et voit que nous ne sommes pas encore complétement à l’aise.
Il nous fait visiter les lieux. A cette heure-là, c’est assez calme. Une dizaine de couples sont là ; la moitié a entre 20 et 35 ans. Tous sont bien habillés, plutôt assez beaux… sans pour autant tomber dans les clichés (pas de mannequin ! – pas de complexe à avoir). Un couple habillé plus vulgairement dénote un peu dans ce tableau voluptueux.
A cette heure-là, tous les couples sont entre eux, en train de boire, de discuter et de se câliner ; rien de très chaud – si ce n’est des mains baladeuses, des chemises ou chemisiers bien ouverts, laissant entrevoir de belles formes.

Se pose subitement alors la question : Où devons-nous nous poser ? Que devons-nous faire ? Que sommes-nous venus faire là ? – pendant quelques instants, nous voilà un peu fébriles et mal à l’aise. Eric me propose que l’on prenne les temps de visiter les lieux tranquillement tous les deux. Lors de cette visite, nous voyons deux couples descendre dans les coins câlins et un autre danser sur la petite piste prévue à cet effet.
La température monte tranquillement… doucement, mais surement…
Dans cette ambiance, très naturelle et douce, Eric me murmure à l’oreille : « on peut rester là ? juste regarder un peu »… je n’étais pas surprise…j’acceptais volontiers.
Sur la piste de danse, la femme, environ 30 ans, belle avec une poitrine assez petite, faisait un strip-tease très sensuel devant son mari ; la scène était douce ; notre excitation montait et l’on se détendait.
Dans le coin câlin, assez peu éclairé, les deux couples avançaient dans leurs préliminaires ; nous regardions en voyeurs et tout le monde semblait trouver cela naturel. Eric se mit alors derrière moi et commença à me caresser les seins. Le contact avec ma robe de satin était particulièrement doux, j’aimais cela comme le démontrait la réaction de mes tétons qui démontraient une excitation croissante… je sentais en parallèle le membre d’Eric se durcir contre mes fesses.
O temps suspend ton vol… Que ces instants étaient bons.
Les deux couples du coin câlin en avaient fini avec les préliminaires… les dames étaient à l’initiative – ce qui me troublait, c’était le symétrisme de la situation. Comme si les deux couples se nourrissaient de l’énergie sexuelle libérée par l’autre. Les deux couples étaient dans un beau 69, les femmes étant dessus. On entendait les respirations et les soupirs aller crescendo… C’était doux.
Le couple de la piste de danse nous faisait signe… Je déclinais, nous ne souhaitions pas et préférions rester tous les deux. Ils comprirent très bien et s’en tinrent là… Avec un bel échange de sourires !

Les mains d’Eric profitaient alors largement de l’ouverture de ma robe pour passer la main sur ma poitrine de manière directe… puis l’autre main remonta ma robe et fit apparaitre mon beau string  rouge. Eric passa la main sur les fesses et puis caressa mes lèvres… J’oubliais alors toute pudeur… je mouillais abondamment, que c’était doux (et dire que j’avais hésité…)
Les deux couples du coin câlin étaient sur la fin de leurs ébats – c’était très chaud ; les deux couples étaient très proches, les bruits se faisaient plus forts…
Pour bien profiter de la soirée, je souhaitais que l’on remonte boire un verre et que l’on marque une pause… Avant de revenir de plus belle…

Quelques couples étaient arrivés. Je sentis que l’un d’eux attira notre attention à tous les deux : une belle brune aux yeux bleus, vêtue d’une robe blanche très moulante, mettant en avant une belle poitrine… Accompagné d’un grand brun très propre sur lui-même. Il semblait venir pour la première fois.
Nous nous installons à leurs côtés au bar… Mais, personne ne se sent de commencer la discussion. Nous profitons d’une coupe de champagne… Nos mains se caressent sans excès…
L’autre couple en fit de même. Eric me demanda comment je me sentais ; même si j’étais toujours un peu inquiète (qu’allions nous faire ? tiendrons nous nos limites ?…), je me sentais bien et si heureuse.

L’autre couple descendit alors… Et nous décidions de prendre le temps de discuter en buvant tranquillement nos coupes. D’autres couples passaient à des activités plus « hard ».
Nous descendîmes alors dans les coins câlins ; l’un était vide, l’autre avait déjà deux couples : un très avancé dans ces ébats et le joli couple que nous avions vu au bar… L’intérêt du club n’était pas de s’isoler… Et j’étais décidée à offrir à Eric une relation avec d’autres couples à côté.

Nous entrons dans le coin câlin ; la tension était forte… La belle brune aux yeux bleus était à présent parée de ses très beaux sous-vêtements… je sentais Eric excité par la scène, mais cela me paraissait naturel… Et je voulais que l’on en profite tous les deux. Les caresses appuyés d’Eric me mettaient déjà dans des états avancés, alors même que nous étions six – je me surpris moi-même du caractère naturel de la scène… Il fallait juste penser à nous, en regardant les autres et ne pas se poser trop de questions ! (tout en s’assurant que l’on ne dépasserait pas nos limites…)
Je nous installe à proximité du beau couple – j’étais sure que l’on passerait alors le meilleur moment possible. La belle était en train de mettre à nue son homme et de commencer une belle fellation.

Eric fit tomber ma robe, je fis de même avec son pantalon et sa chemise… Puis son boxer. Me voilà en sous-vêtements, en train de sucer mon mari – alors même que je suis assez peu aguerrie à la chose. Je sens et j’entends le contentement des hommes ; je n’ose trop regarder dans les yeux l’autre couple…
Mais comme Eric, je succombe au plaisir de les regarder faire – c’est naturel et beau…
Je pivote pour permettre à Eric de me sucer en même temps – que c’est bon. Je suis déjà très avancée dans le processus, je prends beaucoup de plaisir… Et ne cherche pas à retenir quelques gémissements… J’échange (enfin) un regard complice avec ma douce voisine. Elle commence à s’introduire dans le corps de son mari… Cela devient très chaud. Elle se touche les seins, qu’elle a fort beau et développé ; je me demande si cela n’est pas une invitation. Mais, je préfère en rester là pour l’heure.

Leurs ébats furent très intenses… Mais aussi très court – l’homme jouit en elle de tout son râle… Et je sentais la femme pas totalement comblée…
Je me mis alors en amazone sur Eric… Et pris un plaisir fou à chevaucher ainsi… d’autres personnes regardaient… Qu’à cela ne tienne, ce soir, c’était pour nous… La belle brune était juste à mes côtés, je la voyais excitée par nos ébats, qui duraient (Eric, en dessous mettait toujours beaucoup plus de temps )
C’est alors qu’elle me caressa très légèrement la poitrine. Je ne courrai pas après… Mais c’était si suave… Et je savais que cela excitait Eric… Alors pourquoi refuser (on était toujours dans les limites définies !!) – c’est alors que moi qui n’ai connu aucune expérience homosexuelle, je me retrouvais très proche de cette belle femme ; nous nous touchions naturellement les seins au plaisir de nos hommes (même si le sien semblait rassasié).
Nos corps étaient en fusion et l’excitation nous gagnait tous trois… je murmurais à l’heure à l’oreille d’Eric, pourquoi ne touches tu pas cette beauté… (suis-je devenue folle ? je savais que cela l’exciterait…) à l’instant même, je sentis son membre grossir en moi… il me dit entre deux gémissements : « je ne veux rien que tu ne veuilles pas » – je mis alors sa main sur la poitrine de cette douce inconnue. Le tableau était beau.
Puis, je souhaitais finir par une masturbation en parallèle… je pris son membre dans la main, Eric entrait ses doigts dans mes orifices, notre muse touchait mes seins… Nous jouissions alors ensemble, sous le regard de quelques inconnus.

Nous primes ensuite le temps de nous reposer et de parler… Puis de prendre une longue douche… Il était déjà 1h30, le club était bien plein… Nous préférions quitter les lieux
Ce que je retiens de cette première expérience : il faut juste avoir bien défini ses limites… Et s’y tenir, tout en se lâchant !
Depuis, je pense franchement que cette expérience m’a donné plus confiance : dans mes tenues, plus sexy, dans nos rapports plus nourris et plus érotiques…
L’un comme l’autre, nous nous disons que c’est une expérience à renouveler de temps à autre pour briser la routine et pimenter notre vie (pas que sexuelle) !

Accès exclusif

Hey, merci d'avoir lu cet article, rejoignez-nous et soyez parmis les premiers à accéder à l'application Gentle en exclusivité !

1 commentaire

Laisser un commentaire

  • Erwann

    Bonjour Marie et merci pour ce délicieux récit de votre expérience.
    Votre aventure est encore pour nous un fantasme qui à vous lire paraît être une expérience forte excitante à vivre. Elle me laisse rêveur et me pousse à réfléchir sérieusement à mettre en place les choses pour un jour passer à l’acte sur la base des conseils de vos conseils et ceux de GENTLE à ce sujet.