Catégories Histoire d'un couple coquin

Pensées et questions d’un couple sur le libertinage


Couple pensif

Episode I : Ce qui nous amène au pied de la porte d’un club dédié au libertinage

Je nous présente : Sabine et Ludovic – le gars qui écrit -, en couple depuis 10 ans, amoureux, avec enfants et en approche de la quarantaine, habitant la région parisienne.
Les faits relatés ici se sont réellement produits fin janvier 2016 lors de notre première incursion au club « Mask« , à Paris.

D’ailleurs, c’était notre première incursion tout court dans ce type de club…

Avant de vous faire découvrir ce que nous y avons vécu, nous allons revenir un peu sur ce qui nous a poussé à passer la porte de cet établissement.

Couple uni, avec des enfants adorables, de bons jobs, mais de fortes envies de ne pas passer à côté de certaines sensations dans la vie.
Peut-être un petit côté transgressif, à vouloir se dépasser, découvrir autre chose, à se poser sans cesse de nouvelles questions.

Et parmi ces désirs,

une forte curiosité pour le libertinage, mais aucune expérience dans le couple – ni même dans nos expériences précédentes – pour aucun des aspects existants découverts sur le web : triolisme, mélangisme, côte à côtisme, échangisme, candaulisme, etc…

Comme je le dis, le couple va bien, on a une sexualité épanouie, sans tabous, avec adjonctions de sextoys, mais sans non plus aller dans des contrées plus poussées comme le SM ou de la soumission, encore moins dans le libertinage.
Enfin bref, on s’aime!

Et voilà qu’on est curieux de partager notre intimité avec d’autres.

Evidemment, tout un tas de questions :

Va t’on supporter que l’autre soit vu, deshabillé, touché, baisé par autrui, qu’elle/il jouisse d’un/e autre?
Où s’arrêter avant d’avoir commencer?
Comment déceler un quelconque problème pendant un passage à l’acte : celui que l’on ressent ou que l’autre ressent?
Comment dire « non » à une sollicitation non désirée?
Et si on ne plaît pas aux autres, notre estime va t’il en prendre un coup?

Ainsi donc, on en parle. Beaucoup.
On se projette, on se donne des limites : pas de baisers – cela nous semble être un acte dédié entre nous – , pas de sodomie, mais acceptation possible de pénétration. Et oui, car j’ai un penchant Candauliste visiblement. Et Sabine a un penchant bi qu’elle n’a jamais pu expérimenter.

Depuis, chez nous, on fait l’amour en évoquant ces fantasmes, qui deviennent parties intégrantes de nos jeux à deux.
Mais on est frustré : à un moment, on veut savoir, découvrir, sentir en vrai ce qui nous semble si excitant!

Rejoignez-nous en exclusivité !
Des soirées débutants, une application dédiée au couple… Restez informé sur nos événements à venir !

La décision de sauter le pas et les règles entre nous

On décide donc d’aller en club, les sites web existants ne nous inspirant guère, ne proposant pas facilement de trouver un couple qui nous irait, qui ne serait pas trop expérimenté non plus.
Lorsqu’on parle de ces autre couples, on se dit qu’ils seront des sextoys, que l’on ne doit pas chercher à trop se rapprocher : ne sachant pas ce que l’on ressent dans ce genre de situations, sans repère d’aucune sorte dans notre vécu ni dans des choses sues – car de notoriété publique – , on a tout de même un peu peur que cet autre couple mette le binz dans le nôtre!

Ah, un détail important : oui, on cherche un couple, le triolisme ne nous convient pas à ce stade.
Mélangisme, côte à côtisme ou échangisme, on ne sait pas, mais en couple, tout de même!
En outre, perso, si je dois voir ma femme avec un autre, je veux que, lui aussi, me voit avec la sienne. Sorte de réciprocité étrange, je ne suis pas certain que cela soit « normal » ou « logique », mais voilà, c’est ainsi que je le souhaite.

Bah voilà, on est paré. Le désir, la curiosité sont là. On a trouvé une date où les enfants sont ailleurs. Et comme on ne souhaite pas trop d’affluence pour une première fois : ce sera un dimanche soir. Et on a choisi un lieu qui ne propose que des soirées couple : le Mask, sur Paris, dédié uniquement aux couples libertins.

On se pomponne comme jamais. On est sur notre 31.

Sabine est vraiment belle dans sa jupe crayon noire et son chemisier semi-transparent, qui mettent en valeur ses belles courbes de femme.
Je ne suis pas mal non plus en mode classe costard, sans cravate.

On est stressés. On se rassure en déconnant dans la voiture.
Il est 23h00, il ne fait pas chaud ce soir là et devant la porte de l’établissement, on ne trouve pas de suite la sonnette.
Ah si, elle est là…

Bon, on sonne alors?
On sonne…

(Episode suivant: Episode II : Premières impressions d’un couple dans un club libertin)

Accès exclusif

Hey, merci d'avoir lu cet article, rejoignez-nous et soyez parmis les premiers à accéder à l'application Gentle en exclusivité !

4 commentaires

Laisser un commentaire

  • Marie

    Je viens de lire votre article sur graindidee.

    Je suis surprise et aussi amusée je dois dire.
    Je trouve que vous surfez sur une vague bien malsaine et que vous avez une sacrée audace de nous faire croire le contraire.

    Le libertinage n’est pas une manière saine de vivre sa libido, mais enfin, renseignez-vous et lisez des articles scientifiques à ce sujet. Votre étude de marché « terrain » en devient risible tellement elle est basée sur des fantasmes de trentenaires pré-pubères qui sont tellement vides de sens que les drogues pour certains, et le sexe ici, devient la seule chose excitante qui puisse arriver et de laquelle nous repoussons toute limite, encore et toujours.

    Vaquez donc à vos plaisirs libertins, satisfaisiez ceux de vos amis de soirée ou autres Tinder-isés du dimanche et laissez le reste de la population tranquille.

    Anti-Gleeden vous dîtes ? Regardez la réalité en face. Vous êtes uniquement le Gleeden des hypocrites.

    Enfin, ayez un minimum de morale !

    A bon entendeur.

    • Bonjour Marie,

      merci pour votre commentaire, nous comprenons votre à priori, mais nous vous assurons qu’aucune hypocrisie n’existe dans notre vision, peut-être de la naïveté.

      Les chiffres de la « réussite » des couples sont malheureusement consternants et nous touchent tous :
      – 123 500 divorces l’année dernière
      – 50% des mariages durent moins de dix ans
      – on se sépare le plus entre 40 et 45 ans
      – et même certaines statistiques -qu’on espère discutables- donnant 40% de conjoints infidèles

      Est-ce que les problèmes liés à la sexualité sont entièrement responsables de ces chiffres ? Non, clairement pas, mais il n’en est pas moins que la sexualité (peu importe la forme qu’elle prend) est très importante dans le couple.

      Nous sommes donc bien à l’opposé de Gleeden, de Tinder et autres applications qui conduisent à une sur-consommation du sexe dont personne ne comprend encore vraiment les risques.

      Gentle se veut accompagnateur, en prenant en compte les pratiques actuelles du couple et ses désirs.

      Si vous souhaitez utiliser l’application seulement pour échanger avec votre conjoint dans un autre contexte (un changement d’ambiance qui peut à lui seul faire du bien) ou ne pas utiliser l’application et recevoir notre contenu via la newsletter… vous êtes les bienvenus !
      On se lance en essayant de garder ces valeurs de transparence et de respect du couple, et on verra ce que cela donnera dans le temps.

  • Sandrine

    Bonjour, bonsoir
    Marie, ma chère Marie à première vue vous n’êtes pas concerné par ce site.
    Je suis divorcée et honnêtement cela m’a fait un électrochoc. Après mon divorce j’ai tenté de refaire ma vie mais à chaque fois quelque chose me manqué, je sentais au fond de moi des cases vides. Par le biais d’amis j’ai approché ce milieu de manière très timide. Dans un premier temps j’observais, je discutais, je tentais de comprendre ces couples.
    Ce que j’y ai trouvé c’est énormément d’amour, de complicité et de COMMUNICATION entre eux.
    Il est évident que tout le monde ne peut ou ne souhaite pas plonger dans ce monde si fascinant et tellement dangereux.
    Il faut comprendre que vous les couples vous devez en parler entre vous ! Vous devez vous mettre d’accord sur les envies COMMUNES. Pour un épanouissement de votre couple il faudra en passer par la réflexion personnelle, mais si vous aviez un endroit où des expérimenté pouvaient vous guider et vous faire poser les bonnes questions je dis oui!
    Mademoiselle Marie il se peut aussi que ce site puisse juste aider les couples à renouer un dialogue sans avoir besoin d’aller sur des terrains minés.
    Mais attention ce genre de recherche n’est pas anodine, mais elle est nécessaire car nous évoluons avec notre âge et notre environnement et parfois les couples se perdent dans un quotidien.

    • Ludovic Auteur de l’article

      Bonjour, Sandrine

      Et merci pour votre retour!
      En effet, je pense que Marie n’est pas -encore ? – dans la cible de ce que nous essayons de faire.
      En outre, nous estimons que toutes les personnes ne peuvent devenir libertines et nous ne le préconisons d’ailleurs pas comme un sommet à atteindre, mais plus comme des pratiques parmi d’autres, même si ce sont celles qui sont les plus ouvertes et enrichissantes 🙂