Catégories Histoire d'un couple coquin

Découverte d’une sexualité à plusieurs


deux femmes se déshabillent
(Episode précédent : Episode III : Excitation de notre première exhibition en couple)

Episode IV : Où je vis ma femme avec une femme pour la première fois

Alors qu’ils entrent, on n’échange pas un mot.
Sabine s’est assise à gauche de la couchette et je la rejoins. Ludivine et Franck se sont placés au centre, à côté de nous.

Mon esprit est captivé par mon incapacité totale à appréhender cet instant : je ne sais absolument pas comment réagir, tout m’étonne, je suis en terrain inconnu.
J’analyse trop et j’essaie de lâcher prise : je prends le visage de Sabine dans mes mains et l’embrasse doucement, puis mes mains l’enlacent, je la rapproche de moi et je me décide à la déshabiller. Elle fait de même avec mes vêtements.

Elle comme moi, on semble essayer de se focaliser sur nous deux, et on commence à se couler sur le lit en continuant nos étreintes.

Je regarde ce que font nos compagnons qui partagent le même lit. Ils sont quasi nus aussi et semblent tout autant se concentrer sur eux deux.
Très vite, nous voilà à 4 sur le lit, très proches.
La situation est chaude, cela se sent, je le ressens.
J’ai maintenant deux femmes superbes sous les yeux – même si la pénombre reste très agaçante.
Ludivine a un corps magnifique : très féminin, mince, avec décidément de belles jambes que rehaussent de belles fesses, et une poitrine aux seins fermes.

Franck commence à posséder Ludivine et s’enfonce fortement en elle.
De notre côté, j’ai mis Sabine à quatre pattes et commence à la prendre par derrière.

Les deux couples sont côte à côte, se voient, se sentent, font l’amour respectivement. C’est enivrant et beau.

Puis, petit à petit, je vois que les mains des deux jeunes femmes se lient. Que ces mains remontent le long des bras, touchent le dos, puis les seins.
Les bouches de ces femmes commencent à caresser leurs peaux.

Et puis, tout d’un coup, Sabine se redresse à genoux, Ludivine la suit; elles se mettent face à face et s’embrassent avidement, leurs corps se pressent, leurs étreintes se font fortes, leurs mains parcourent tout leurs corps, caressant fesses, dos, seins, jambes, ventres ou sexes.
Je n’en reviens pas. En un instant, je vois ma femme se plonger sur un autre corps, féminin, et en prendre énormément de plaisir.
Tout s’est fait spontanément, sans « signes », sans « alertes ».
Et c’est magique! Ces deux femmes sont belles et nous offrent, à Franck et à moi, un magnifique spectacle.

D’ailleurs, tous les deux, nous voilà un peu penauds! Au bout de quelques minutes où nos nanas semblent nous avoir oubliés, la queue à la main, on se regarde en se marrant et en évoquant le fait qu’on devrait peut-être aller nous rhabiller.

Au lieu de cela, on se met chacun derrière nos nanas et pendant qu’elles continuent à s’étreindre fortement, nous nous employons à couvrir l’espace charnel restant de baisers et de caresses. Je passe ma main entre les fesses de Sabine et m’aperçois que la main de Ludivine s’emploie à lui caresser la chatte. Très agréable à constater…

Puis Franck fait basculer Ludivine sur lui en arrière, en lui écartant les jambes. Sabine se penche alors et colle sa bouche sur un sexe féminin, ce qu’elle n’a jamais fait, mais cela semble de suite lui plaire. Elle se met à lécher la fente de Ludivine et, de ces doigts, pénètre son corps.
Ludivine a les yeux fermés et la bouche entrouverte, elle semble apprécier l’inexpérience de ma femme : Sabine doit apprendre vite…

De mon côté, avec le cul magique de Sabine en face de moi, je m’emploie à la pénétrer de mes doigts, de caresser son point G ou de titiller son clitoris de la langue. Je voudrais la pénétrer et la baiser pendant qu’elle fait cela, je sais que cela lui plairait, mais mon sexe a encore décidé de faire le fainéant et je dois renoncer.
Cette situation m’agace, mais je décide de ne plus y penser : j’adore ce qui se passe et j’y participerai avec les moyens du bord.

D’autant plus que Franck a commencé à toucher Sabine. D’abord le dos, mais maintenant, il lui prend la tête pour la plaquer sur la chatte de Ludivine.
Puis il décide de reprendre Ludivine, la retourne et lui met son pénis dans le vagin. Il la prend bien.

Pendant ce temps, la tête de Ludivine est passée entre les cuisses de Sabine et elle la lèche. Elle finit par ressortir et par rester à côté, à se laisser caresser par Sabine et prise par Franck.

Ludivine a un beau visage et de beaux cheveux; allongée, elle a les yeux la plupart du temps fermés. Mais lorsqu’elle les ouvre, son regard est perçant et intense. C’est une femme troublante…

Pourtant, je ne m’occupe que de Sabine, de l’embrasser, de la toucher. Un tort, rétrospectivement : elle n’est pas la seule a avoir besoin de caresses ici!
Cela doit agacer Franck qui me prend la main, et la met sur un des seins de Ludivine.

Rejoignez-nous en exclusivité !
Des soirées débutants, une application dédiée au couple… Restez informé sur nos événements à venir !

…Et où j’appris que bander n’était pas si inné

A ce moment, je comprends que je devrais être un peu plus actif avec Ludivine, mais ma débandaison me pose soucis, malgré mes tentatives d’en faire abstraction.
Toutefois, il est tellement plaisant de toucher cette autre femme que je ne peux m’empêcher de lui caresser les seins, le visage, les cheveux ou le ventre.
Je n’ose aller plus bas.
D’autant plus que Sabine s’est remise à lécher Ludivine pendant que Franck la prend.
A un moment, je vois que Franck sort du sexe de Ludivine, et qu’il la met dans la bouche de Sabine.
Cela m’excite d’un coup, mais cela ne dure pas : Sabine se dérobe assez vite et Franck revient au trou de Ludivine en la retournant!

Deux autres couples nous ont rejoints. Un d’une cinquantaine d’année, et un autre d’une trentaine. Ils font l’amour à nos côtés et sont pour moi une source de distraction de trop. Leur présence me dérange.
La femme trentenaire essaie d’attirer Ludivine vers elle, mais celle-ci reste « dans notre cercle ».

Sabine s’inquiète. Elle sent que « je ne suis pas dedans » – sans jeu de mots – et me regarde de plus en plus.
Elle me parle, demande si je veux que l’on arrête, si je suis en train de prendre mal ce qui se passe.
Je la rassure, l’informe simplement que je ne comprends pas le blocage, mais que j’adore ce qui se passe, lui dit que je n’ai pas manqué une miette de quoi que ce soit, et que rien ne m’a choqué, ne m’a blessé, que l’on peut continuer.

Et ainsi donc, on poursuit.
Elle passe beaucoup de temps avec Ludivine, que je caresse « sagement » aussi désormais. Franck touche le corps de Sabine, sort avidement ses seins de la guepière, mais semble ne pas dépasser une certaine limite.

A un moment, trouvant ma femme trop jolie et excitante, je la retourne, lui écarte les jambes et décide de lui donner l’orgasme qu’elle n’a pas eu précédemment.
Je la lèche doucement, fais bien glisser ma langue dans sa fente, passe d’un côté du clitoris, puis de l’autre, puis le branle furieusement de la langue, en enfonçant profondemment mes doigts dans son vagin, qui se contracte de plus en plus.
Les caresses de Franck et Ludivine sur son corps finissent de l’achever et elle jouit, fortement.

Les caresses entre nous se poursuivent et Franck fait jouir Ludivine par cunni aussi.
Les deux autres couples se retirent alors et ces derniers cris semblent clore cette séquence.
On se redresse, un peu gauches. Les hommes n’ont pas joui, je ne suis peut-être pas le seul que tant de signaux perturbent.
Sabine et Ludivine s’étreignent encore un peu, se câlinent, se parlent…

Puis on se rhabille tous au bord du lit, cherchant nos vêtements dans la pénombre, tout en se parlant.
Bêtement – ou pas, je n’en sais toujours rien – je les remercie pour cette première expérience avec nous.

On remonte en annonçant que l’on va partir.
Arrivés en haut, Franck nous propose de nous revoir, il souhaite avoir un moyen de nous contacter.
On le leur donne. Cela ne nous était même pas venu à l’esprit, et pourtant, c’est une vachement bonne idée!
Nous avons encore décidément bien des choses à apprendre, mais ça y est, nous avons vécu une fantastique première expérience avec un couple qui nous a vraiment plu et que l’on pourrait être amené à revoir.

En rentrant à la maison, j’ai pris Sabine comme jamais, et j’ai joui de toute cette soirée…

En m’endormant, apaisé et assommé par mon orgasme, je me demandais « Et maintenant? »…

(Episode suivant: Episode V : Elargir notre sexualité nous a fait grandir)

Accès exclusif

Hey, merci d'avoir lu cet article, rejoignez-nous et soyez parmis les premiers à accéder à l'application Gentle en exclusivité !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire