Catégories Histoire d'un couple coquin

Un couple coquin se prend au jeu du libertinage


couple enlacé
(Episode précédent : Episode II : Premières impressions d’un couple dans un club libertin)

Episode III : Excitation de notre première exhibition en couple

J’enlève sa chemise et sa jupe tombe vite, dévoilant une guêpière qui lui enserre bien la taille, des bas soulignent ses jambes.
Je m’allonge sur le lit et la vois arriver à genoux, conservant sa culotte.

Elle m’enlève la chemise.
Tout cela m’excite, mais, contrairement à ce dont j’ai l’habitude dans le confort de la maison, je ne bande pas terriblement, malgré le désir que je ressens.

Elle remonte vers mon visage, toujours à genoux sur le côté, et m’embrasse follement, me mordille les lèvres, me plaque contre les coussins.
Je ressens son désir à présent, et cela fait un bien fou de constater que sa compagne puisse s’enflammer ici.
J’ouvre mon pantalon, sors mon sexe toujours un peu amorphe et le lui propose. Elle le prend en bouche et le plaisir commence à redonner vie à mon sexe, comme un bouche à bouche.

Pour m’exciter davantage, je lui retire sa culotte et commence à jouer avec son cul rebondi.
Sabine a un derrière sublime : ample, puissant comme ses jambes, ferme, sans cellulite. Je peux passer un temps fou à le regarder, le caresser, le baiser…

Et étrangement, j’ai envie que d’autres en profitent, voient cette beauté, que cela les enflamme, qu’ils touchent cette partie de son corps.
Ca m’excite… Mais d’un autre côté, c’est tellement loin de tout ce qui était ordinairement acquis et appris : pourquoi avoir tant envie que ma femme, avec qui j’ai une intimité exclusive, soit tout à coup offerte à d’autres? De son côté, elle m’avait indiqué avoir le même genre de désirs vis à vis de moi et les mêmes interrogations, durant nos échanges antérieurs sur ces sujets.
Ca me rend fou de penser à cela. Mais ce n’est plus le lieu où reculer; le choix a déjà été fait, et ces questions déjà posées, bien que jamais éludées : si on doit découvrir les réponses, c’est bien ici!

Mes doigts caressent ses fesses, passant entre pour insister sur ces deux trous offerts. Une autre de mes mains remonte le creux de ses hanches, cette partie que j’agrippe de chaque côté lorsque je rentre en elle. En remontant encore, je fais sortir un de ses seins de la guêpière et le prend en main.
Sabine a une belle poitrine, haute, fière, ronde. Le bout est dur et je joue à le rouler entre le pouce et l’index.

De mon autre main, toujours positionnée sur ses fesses, j’en profite pour entrer mes doigts en elle et je sens que cela lui plait par sa bouche et sa langue qui se referment sur mon vit, amplifiant mon plaisir.

Sabine est belle, féminine, chatte, sauvage et elle est toute à moi, avec moi. Je l’adore…

Et je suis maintenant bien excité, et je décide de la placer fesses vers la porte.
Ca y est, toute personne qui entrera verra Sabine le cul bien ouvert, en train de me sucer.
La lumière étant très basse, ils ne verront pas de détails, mais cela restera bien excitant.
Je l’espère, en tout cas… Faut-il être fou pour espérer un truc pareil?

Et le couple d’à côté se met justement dans l’encadrement de la porte.
Avec cette lumière, je ne vois pas leurs yeux, mais ce qu’ils ont là les inspire et l’homme retourne sa compagne et la prend à nouveau en mattant le cul de Sabine. Un autre couple passe et s’arrête un moment aussi pour regarder. Je l’annonce à Sabine qui cambre encore plus son dos.
Ma nana est une vraie coquine! Elle se dévoile devant moi et devant les autres! J’en apprends plus sur ses désirs par ses actions que par toutes les conversations que l’on a eu. Et je constate que cela me plaît, et ne me dérange pas.
Ouf, des peurs basiques s’envolent! Continuons! Enfonçons-nous ensemble dans cette aventure…

Rejoignez-nous en exclusivité !
Des soirées débutants, une application dédiée au couple… Restez informé sur nos événements à venir !

La partie d’exhibition continue de plus belle

Au bout de quelques minutes, ils s’en vont, ce qui me fait changer de séquence: je retourne Sabine, lui écarte les jambes, me place entre et plonge ma bouche sur son sexe.
Je lui donne mes doigts à lécher, et une fois bien mouillés, je la pénètre avec, tout en la léchant furieusement.

Je la connais. Elle est clitoridienne pour les orgasmes et je repère vite lorsque son bassin se met à bouger, m’indiquant que la direction prise est la bonne.

Sauf qu’elle ne l’entend pas comme cela et me demande de venir en elle.

Je bande pas trop mal, mais clairement, hors du confort d’un environnement connu, c’est pas la trique parfaite!
J’humidifie mon sexe. On a l’habitude d’utiliser de la vaseline, mais nous n’en avons pas trouvé.
Il y a des capotes, mais nul besoin entre nous.

Je la prends donc et j’adore entrer en elle, sentir ses parois vaginales s’écarter devant l’assaut de ma queue.
Je prends ses seins durant mes assauts ou lui serre la gorge, elle a d’autant plus de plaisir lorsqu’elle se sent bien prise par un « mâle ».
Des va et vient langoureux succèdent à des plus puissants, mais au bout d’un petit moment, elle sent que je ne vais pas éjaculer, ce qui la frustre!
Comme moi, elle ne comprend pas que mon esprit ne soit pas plus « réceptif » à la situation, et que l’excitation ne soit pas à son comble pour me permettre de jouir.

Elle me pousse et se redresse!
Sabine est une femme puissante, sportive, amazone. Une girl power qui a des désirs qu’elle assume parfaitement. Si elle aime avoir un « mâle » entre ses cuisses, elle est très loin de faire l’étoile de mer dans un lit, et doit dominer aussi pour son plus grand plaisir.

Elle me fait allonger, me re-suce pour redonner un peu de vigueur à un membre un peu moins tendu.

Et elle m’enfourche. Elle sait que dans cette position, ses coups de reins puissants vont me faire plier de plaisir.
D’autant plus que j’ai vue sur la porte et que je constate l’arrivée d’un public, qui voit à nouveau le cul de ma belle compagne, qui monte et descend à un rythme sauvage pour branler ma bite.

J’écarte ses fesses, doigte le trou encore vide et la sens se cabrer car, bien qu’elle l’apprécie, cet endroit est encore un peu privé pour elle et ne le laisse en accès qu’en certaines occasions.
Mais quelle occasion aujourd’hui! J’adore sentir cette « gêne appréciée » et poursuis mon doigtage.

Elle est penchée vers moi et m’embrasse tout en me baisant. Mes mains passent de ses hanches à ses seins pleins et ronds, s’attardent parfois un peu sur sa chatte qui avale ma queue.

Mon plaisir arrive, je ne peux pas lutter face à ses assauts de guerrières.
Je lui prends les fesses et m’enfonce encore plus fort en elle.
Elle aime ça, elle halète, elle sent mon sexe encore grossir et sait que je vais partir.

Elle se retire pour que je ne jouisse pas en elle et finit de me branler.
Je jouis. Je crie. J’adore : cette séance d’exhibition fut une bonne expérience…

Elle se couche à côté de moi. On se parle. On s’embrasse. On se regarde le regard brillant en souriant.
On s’aime.


Après l’effort, le réconfort viendrait-il d’un autre couple?

Sabine a soif et souhaite remonter. Je lui demande si elle ne veut pas jouïr avant. Elle me dit dans un sourire que ce sera pour tout à l’heure!
Ah, que j’aime cette femme!

Je me nettoie, et on se lève pour se rhabiller. Privé du spectacle, les autres couples entrevus sont partis. Qui étaient-ils? Dans cette pénombre, je n’en ai reconnu qu’un.

On remonte donc au niveau du bar. De mon côté, un peu débrayé et essouflé, il n’est pas difficile de comprendre ce qui m’est arrivé.
Sabine, elle, a su se remettre sur son 31 : divine, elle commande un soft au bar. Et je fais pareil. Ca fait du bien. Voilà bien 2 heures que nous sommes arrivés, il doit être 1 heure du matin.

Le beau couple au bout du bar n’a pas bougé, ils discutent.
Nous faisons de même. On se dit que c’était bien excitant, même si on avait imaginé quelque chose de plus « atypique »; mais que, probablement, nous n’irons pas plus loin que cela ce soir, d’autant plus que les autres couples ne semblent pas se rapprocher non plus.
Seuls les regards de certains hommes sur Sabine et de certaines femmes sur moi nous indiquent qu’on ne semble pas laisser indifférent. Mais on ne se sent vraiment pas prêts – ni même désireux – de répondre à ces signes.
Le club s’est un peu rempli et d’une dizaine de couples, on doit arriver à une petite vingtaine.

Sabine a besoin de fumer. Elle va dans la pièce prévue à cet effet.
Je me retrouve seul au bar et bois la caïpirinha commandée.

L’homme du beau couple en bout de bar me demande si elle n’est pas trop chargée en alcool.
Sa copine est partie fumer aussi, on engage donc la conversation ainsi.

Très vite, on se découvre des sujets de conversations, et je n’hésite pas à en savoir un peu plus sur eux, en particulier sur leur niveau d’expérience.
Dans ma tête, à ce moment, je ne me dis pas qu’il pourrait arriver quelque chose avec eux. Je reste convaincu que nous n’irons pas plus loin ce soir. je ne savais pas que je me trompais totalement et qu’avant la fin de la soirée, j’allais aller de surprise en surprise et en apprendre beaucoup sur Sabine et moi-même.

De retour de pause cigarette, les femmes se joignent à nous.
Ils s’appellent Ludivine et Franck, étaient déjà venus plusieurs fois au Mask, avaient essayé d’autres clubs, n’avaient eu qu’une seule expérience échangiste, et ne cherchaient pas nécessairement à consommer d’autres couples à tout pris, préférant attendre de trouver le couple avec qui cela pourrait convenir.
A aucun moment dans leurs conversations on ne perçoit que « l’on pourrait convenir ».
On apprend d’eux, nous sommes avides de réponses. On les trouve vraiment intéressants, on sympathise bien, c’est agréable.

Le temps passe et près d’une heure s’est écoulée depuis que l’on papote avec eux.

Arrive un moment où l’on a un peu moins de sujets, on reprend à boire et Sabine me fait comprendre qu’elle aimerait maintenant redescendre avec moi.

On informe Ludivine et Franck que l’on va passer un petit moment intime ensemble, sans arrières pensées. Du moins moi…
Car une fois arrivés en bas, dans la même pièce que précédemment, Sabine me demande si je ne pourrais pas remonter pour proposer à l’autre couple de faire l’amour à côté de nous!
Cela me paraît une méga top cool idée, sauf que je me sens comme un con de ne pas avoir eu l’info – ou l’idée – avant : je vais vraiment sembler stupide!
J’ai très envie, et me décide donc à remonter, je me retourne pour passer la porte.

Sauf qu’eux, ils avaient visiblement décidé de ne pas attendre notre feu vert : les voilà tous deux passants la porte…

(Episode suivant : Episode IV : Où je vis ma femme avec une femme pour la première fois)

Accès exclusif

Hey, merci d'avoir lu cet article, rejoignez-nous et soyez parmis les premiers à accéder à l'application Gentle en exclusivité !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire